OIT et promotion des RH

Le nouveau cadre établi par l’Agenda 2030 et par les ODD consacre l’éducation et l’innovation au service du Développement durable.

A l’aube de la “chimie verte”, présentée comme opportunité pour relever les défis environnementaux actuels, optimiser au mieux l’utilisation des ressources pour le fonctionnement des industries, améliorer la perception des industries chimiques et rendre ses métiers plus attractifs.

Pour atteindre ces objectifs, il est indispensable de développer la mise en place des dispositifs de formation, anticiper les besoins en compétences et adapter le savoir-faire des salariés en place.

L’ONU a donc placé l’”Education de qualité” en priorité n° 4 de son Agenda 2030.

Il y est précisé que « L’éducation, bien qu’étant une fin en soi, est aussi un moyen d’obtenir un emploi décent, en particulier pour les jeunes, tandis que l’apprentissage tout au long de la vie est indispensable pour suivre l’évolution des compétences recherchées sur le marché du travail. »

La Recommandation (nº 195, 2004) sur la mise en valeur des ressources humaines a appelé les gouvernements, les employeurs et les travailleurs à renouveler leur engagement en faveur de l’éducation et de la formation sur la base du dialogue social.

Elle a mis l’accent sur l’importance de l’éducation et de la formation tout au long de la vie pour la promotion « des intérêts des individus, des entreprises, de l’économie et de la société dans son ensemble, particulièrement au vu du défi essentiel consistant à parvenir au plein emploi, à l’élimination de la pauvreté, à l’insertion sociale et à une croissance économique durable dans l’économie mondialisée »

Ensuite, deux résolutions de la Conférence internationale du travail (CIT), ont encouragé les gouvernements et les partenaires sociaux à promouvoir la formation professionnelle : la 97ème CIT de 2008, « Compétences en vue de stimuler la productivité, la croissance de l’emploi et le développement », et la 101ème CIT de 2012, « La crise de l’emploi des jeunes : Appel à l’action ».

Promouvoir l’emploi et l’entreprise, garantir les droits au travail, étendre la protection sociale et encourager le dialogue social, ce sont les quatre piliers de l’Agenda de l’OIT pour le travail décent.

Il est indéniable que les ressources humaines procurent à l’organisation un avantage compétitif et/ou concurrentiel. Toutefois, par les temps qui courent, la rapidité et la diversité des changements parvenus sur toutes les composantes de l’environnement de l’entreprise l’ont contraint à revoir et à repenser ses stratégies pour garantir sa pérennité.  L’efficacité de leur gestion : niveau des compétences, qualité de formation et de bienêtre, demeure, cependant, le seul véritable élément de différenciation.

Pour toutes ces raisons, il importe d’améliorer la compétitivité de l’entreprise en tant qu’acteur et espace privilégié de formation